Site Web du Dr Marc GIRARD

Site Web du Dr Marc GIRARD

Une réflexion déjà ancienne sur la médicalisation, et sur tout ce que dissimule cette aliénation : la vie, la sexualité, la mort...

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Gardasil : éléments pour un vrai débat

dimanche 6 juillet 2014 par Marc Girard

Supposé prévenir les cancers liés à certains papillomavirus (HPV), le vaccin Gardasil est désormais au centre d’une controverse médiatique assez confuse dont la caractérisation la moins contestable est qu’elle conforte chaque partie dans ses présupposés : alors que, comme on va le voir, le problème n° 1 avec ce vaccin tient au contournement d’un développement clinique rationnel qui a permis une commercialisation précipitée, le camp des antis recrute les plus farouches opposants à la méthodologie classique dudit développement (notamment les essais randomisés en double aveugle), ce qui permet en retour aux pros de se draper dans les exigences présumées de l’évaluation « scientifique » pour ridiculiser la contestation de leurs adversaires [4]. La stratégie consistant à recruter les ennemis de ses ennemis a quand même des limites…

Dans le présent article à visée simplement didactique, on se propose de clarifier les problèmes technico-réglementaires de l’espèce, en soulignant d’emblée qu’ils n’ont rien de spécifique à Gardasil, mais qu’ils relèvent plutôt de ce qu’un éminent collègue a dénoncé comme relevant d’une « criminalité organisée » [5] propre tout autant à la médecine [6] qu’à la pharmacie.

Table des matières

  1. Principes technico-réglementaires en pharmacie industrielle
  2. Développement
    • Efficacité
    • Tolérance
  3. Autorisation de mise sur le marché
  4. Après commercialisation
    • Prix et remboursement
    • Pharmacovigilance
    • Publicité
  5. Le dernier communiqué d’Infovac
  6. Conclusion


Les conflits d’intérêts expliqués aux journaux de gôche "qui ne font pas de ménages pour l’industrie pharmaceutique"

jeudi 3 juillet 2014 par Marc Girard

Sous le titre "Soigner le malade ou la maladie ?", Le Monde diplomatique de juin 2014 (p. 28) a publié un article signé Bruno Falissard, présenté comme "Professeur de biostatistiques à la faculté de médecine de Paris-Sud" : la neutralité idéologique des mathématiques associée au prestige de l’Université...

Dans un courrier daté du 12/06/14, j’ai cru bon attirer l’attention du journal sur la densité des liens unissant son collaborateur occasionnel aux firmes pharmaceutiques, reconstituables entre autres à partir de sa déclaration officielle à l’Institut de veille sanitaire (cf. PJ), mais également d’autres sites internet faisant état de contrats avec Nestlé. J’en ai profité pour expliquer les bénéfices que peut tirer Big Pharma d’un tel article, surtout quand il est publié dans le Diplo.

En réponse et par contraste avec un courrier antérieur portant sur le même type de problème, mais strictement ignoré par le Diplo, ce dernier a, cette fois, accepté de publier un extrait de ma lettre dans son numéro de juillet.

Le texte qui suit reprend l’intégralité de mon courrier, en délimitant selon le mode "citation" (trait vertical à gauche) l’extrait publié [8] : je laisse mes lecteurs apprécier si cet extrait de deux phrases est représentatif de mon propos dans sa globalité...

Quant au lecteur du Monde diplomatique, il restera - lui - dans l’ignorance de l’article L.4113-13 du Code de la santé publique (ou dans l’illusion quant à la façon dont son journal s’attache à le faire respecter)...



Qualité des génériques : une histoire indienne et édifiante

dimanche 29 juin 2014 par Marc Girard

Via un commentaire (doi:10.1016/S0140-6736(13)60845-4) doublé d’un éditorial (p. 2186), tous deux consacrés à l’industrie pharmaceutique indienne, la dernière livraison du Lancet (No 9936, 28/06/14) m’informe d’une affaire assez récente dont j’avoue qu’elle m’avait échappé : l’interdiction aux USA des produits fabriqués par Ranbaxy, l’un des leaders mondiaux du générique, après la condamnation judiciaire de ce dernier pour un montant de 500 millions de dollars (plus de 366 millions d’euros).



Aluminium et adjuvants - I. La mystification de la "myofasciite à macrophages"

samedi 21 juin 2014 par Marc Girard

Disons-le d’emblée : n’étant ni chimiste, ni toxicologue, ni pharmacologue - et ne disposant pas, d’autre part, de cette omniscience dont rayonnent les petits maîtres d’Internet (fussent-ils dépourvus de la moindre formation scientifique documentable [10]) -, je n’ai AUCUNE idée quant à la toxicité de l’aluminium en général, ni des adjuvants vaccinaux en particulier.

Mais je sais en revanche, et de science sûre, que le concept de "myofasciite à macrophages" (qui a tellement contribué à populariser la toxicité présumée de l’aluminium et des adjuvants) est une mystification, grossière de surcroît.

C’est ce que je me propose de montrer dans les lignes qui suivent. La problématique médico-scientifique en question exigeant des développements relativement longs, on me pardonnera d’y user, pour gagner du temps, de quelques termes spécialisés : pour faciliter la lecture, ces termes* seront suivis d’une astérisque, renvoyant à un glossaire en fin d’article.

Table des matières

  1. Un consensus de faux-culs
  2. Une "expertise" multibancale
    • Premières observations
    • Caractérisation clinique
    • Examens complémentaires
    • Confirmation épidémiologique
    • Au total
  3. Analyse critique du concept de myofasciite à macrophages
    • Comment la sémiologie* peut violenter l’étiologie*
    • Le pathologique et le normal
    • Une caractérisation diagnostique tautologique
    • Une caractérisation étiologique* tautologique
    • Une "étude" épidémiologique en forme de farce
    • La mystification à l’oeuvre
  4. Et les malades, bordel ?
    • Un bien étrange syndrome algo-musculo-neuro-cognitif
    • Une étiologie* manifestement vaccinale
    • Au risque de l’incompétence
    • Bilan diagnostique
  5. Conclusion
  6. Glossaire


Montagne baclofène : la souris bouge toujours...

lundi 2 juin 2014 par Marc Girard

A l’été 2011, qualifiant de "mystification" la campagne médiatique en faveur du baclofène dans le traitement de l’alcoolisme, j’ai consacré à cette histoire un bref article pour essayer de recentrer le débat sur les vrais problèmes, à savoir : i/ quelle efficacité ? ii/ quelle tolérance ? iii/ quels enjeux politico-financiers ?

Près de trois ans après, et alors que les autorités sanitaires françaises annoncent une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) du baclofène dans la prise en charge de l’alcoolo-dépendance, a-t-on avancé dans la clarification des problèmes susmentionnés ?

D’une certaine façon, oui, mais pas nécessairement dans la bonne direction.



Pharmacovigilance : hier, aujourd’hui et demain

dimanche 18 mai 2014 par Marc Girard

Le 13/05/14, à l’invitation du Groupement d’Action Santé Publique (GASP) - association regroupant des cadres de l’industrie pharmaceutique - j’étais invité à animer un déjeuner-débat consacré à la pharmacovigilance.

La réception à la fois interloquée et chaleureuse de mes interlocuteurs [12] me confirme dans l’idée que ni la mystification Médiator, ni les gesticulations législatives des Bertrand, Bapt, Debré et consorts n’ont si peu que ce soit amélioré la regrettable situation que je m’attache à analyser depuis maintenant plus de trente ans.

On trouvera ci-après le texte de mon intervention.



L’OMS dans la splendeur de son incompétence

dimanche 4 mai 2014 par Marc Girard

Le samedi 26/04/14, pour finir (en beauté...) cette "semaine de la vaccination" qui nous a permis d’entendre tant de bêtises effrontées de nos meilleurs-experts [15], avec la complaisance ignoble de la presse à la botte [16] et la complicité visqueuse de nos meilleurs-pervers du Parlement, j’ai brièvement participé au "Grand Journal" (Le 64 - Le monde en français) de 18h sur TV5Monde. Mon interlocuteur était JM Okwo-Bele, responsable de la division vaccins de l’OMS, retenu à Genève (d’où il intervenait en duplex) par ses responsabilités qu’on imagine éminentes à ce niveau : du lourd, par conséquent.

Pour l’instant disponible en ligne, cet échange, malgré (ou à cause de) sa brièveté (une douzaine de minutes), est extraordinairement éloquent - comme illustré par les commentaires du forum ouvert sur le site de la station (confirmés par les réactions inhabituellement nombreuses qui me sont parvenues).



Brutalisation : une longue interview sur "Ici et maintenant"

samedi 3 mai 2014 par Marc Girard

Le 21 octobre 2013, j’étais reçu par Clara Delpas sur la station Ici et maintenant, pour parler de mon livre consacré à La brutalisation du corps féminin dans la médecine moderne.

L’entretien s’est déroulé en toute liberté, et a duré pas moins de trois heures, avec la participation d’auditeurs.

Il est disponible ici.



Dangers de la dompéridone (Motilium) : une interview du Dr Girard

jeudi 1er mai 2014 par Marc Girard

En date du 30/04/14, suite à l’alerte lancée par la revue Prescrire, le site Atlantico m’a demandé une interview sur les problèmes posés par la dompéridone (Motilium).

Cet entretien est désormais disponible en ligne, avec en prime des commentaires dont certains valent leur pesant de moutarde : ils me confirment dans l’option du présent site qui a été, dès son ouverture, de bloquer la fonction "forum"...



Prochaines interventions publiques

dimanche 27 avril 2014 par Marc Girard

Diverses interventions publiques sont actuellement programmées dans les semaines et les mois qui suivent.

Les détails pratiques seront donnés au fur et à mesure.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 19437

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License

5 visiteurs en ce moment