Site Web du Dr Marc GIRARD

Site Web du Dr Marc GIRARD

Une réflexion déjà ancienne sur la médicalisation, et sur tout ce que dissimule cette aliénation : la vie, la sexualité, la mort...

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Quand le Justicier masqué de Big Pharma oublie sa pièce d’identité sur le lieu de ses exploits…

mercredi 29 juillet 2015 par Marc Girard

RÉSUMÉ – Simulant non sans perversité la présentation des notices Wikipédia, un site protégé par le courageux anonymat de ses contributeurs a récemment publié une notice quasi diffamatoire me concernant, qui a failli semer le trouble chez certains de mes lecteurs. Quoique l’intégralité des informations concernant mes titres et travaux soit très facilement disponible sur mon site, les auteurs de la notice en question s’y sont perdus au point de m’attribuer sans rire la paternité de romans anodins, ainsi qu’une contribution conséquente à l’exégèse des Psaumes ; je m’y vois également reprocher d’avoir publié l’essentiel de mes œuvres dans une revue américaine qui n’a pas l’heur de leur plaire quand, après vérification, il apparaît que seuls cinq de mes 180 articles publiés (soit 2,8%) y sont parus… Le reste est à l’avenant à ceci près que, dans un sursaut de scrupulosité tout à leur honneur, mes détracteurs sont restés (pour l’instant ?) silencieux sur ma participation pourtant notoire à de nombreux films classés X ; on saura gré, également, à mes accusateurs d’avoir joué la carte de la discrétion quant à mon implication sinon évidente dans les crimes du curé d’Uruffe (1956), dans le contexte déjà plus que douteux de mon premier anniversaire. Pour finir et au terme d’une enquête digne des plus fins « profileurs » menée sous ma direction, on réunit ici les indices (incompétence, malhonnêteté réflexe, arrogance, moyens financiers disproportionnés et, finalement, bêtise crasse) qui devraient permettre d’identifier avec un degré raisonnable de probabilité les justiciers acharnés à dénigrer anonymement un engagement public qui vise, simplement, à un retour de l’industrie pharmaceutique vers un peu plus de morale - et de professionnalisme.



L’intransigeance européenne à l’œuvre : des centaines de génériques suspendus...

mardi 28 juillet 2015 par Marc Girard

RÉSUMÉ - Selon leur mode opératoire désormais classique de la "poudre aux yeux", les autorités sanitaires européennes ont médiatisé, à deux reprises en 6 mois, un train de mesures supposées attester leur volonté de contrôle sur les génériques fabriqués en Inde. La comparaison avec celles, autrement plus contraignantes, prises aux USA permet d’en mesurer la bénignité : l’Agence européenne se présente comme intransigeante devant des irrégularités anodines de certains enregistrements électro-cardiographiques sans significativité patente, mais affecte d’ignorer des risques autrement plus conséquents, tels que la contamination de certains lots... par de la mort aux rats. Après quelques considérations sur les dérives de "l’assurance qualité" telle que mise en oeuvre par nos agences, on conclut sur les remerciements d’usage à l’endroit de tous ceux qui contribuent à la criminalité médico-pharmaceutique et à son exaspérante impunité : sociologues bornés quoique médiatisés (voire primés), implacables dans leur dénonciation d’une "précaution" à laquelle ils n’ont encore rien compris, "lanceurs" d’alerte tétraplégiques, arnaqueurs opportunistes déguisés en parlementaires...



Quand les sous-sous-fifres de Big Pharma s’attaquent à la "désinformation"

lundi 27 juillet 2015 par Marc Girard
Au contraire de ceux qui mesurent la valeur de leurs contributions à leur impact médiatique (voire au compteur de visites de leur site), rien ne me réjouit davantage que le mépris absolu dans lequel affectent de me tenir ceux que je gêne le plus [1] : on dirait qu’ils ont peur de prendre des coups (...)


Quand les associations oeuvrent contre l’intérêt de leurs adhérents : l’exemple du REVAHB

dimanche 26 juillet 2015 par Marc Girard

RÉSUMÉ - Voici un an, la presse s’est fait l’écho d’une décision de justice administrative attribuant une indemnisation "record" à une infirmière qui avait contracté une sclérose en plaques après vaccination contre l’hépatite B. Si cette affaire a suscité les protestations attendues de ceux qui s’obstinent à nier le potentiel neurotoxique de cette vaccination, il est plus étonnant que la principale association de victimes (REVAHB) ait éprouvé le besoin d’intervenir pour minimiser la portée de cette décision, au lieu d’en faire un signe d’espoir pour ses adhérents ; ce, sous le prétexte de "rétablir la vérité", quand il apparaissait au contraire que les responsables de l’association n’avaient pas lu l’arrêt et que, de toute façon, ils n’avaient décidément aucune compréhension des problématiques médico-légales sous-jacentes à la judiciarisation de telles affaires. On rappelle que bizarrement, le REVAHB s’était durement - et, malheureusement, efficacement - acharné sur l’avocat et l’expert responsables de cette indemnisation. On reconstitue en parallèle que, depuis quasiment son origine, l’association s’est installée dans une stratégie d’alliances paradoxales avec les adversaires naturels de ses adhérents, s’adonnant notamment à une promotion enthousiaste du principal concepteur de l’argumentaire (bénéfice évident, causalité incertaine, risque minime de toute façon), à laquelle la justice pénale et civile se réfèrent immanquablement pour débouter les victimes. On annonce une série d’articles qui permettront de mieux comprendre une telle stratégie d’alliances contre-nature, en rappelant que la mise sur orbite des associations est une disposition phare de la "démocratie sanitaire" concoctée par B. Kouchner à la fin des années 1990.

Table des matières

  1. Avertissement
  2. Une indemnisation record
  3. La "vérité" selon le REVAHB
  4. Retour sur l’historique
    • La neutralisation de l’avocat
    • La neutralisation de l’expert
  5. Les engagements paradoxaux du REVAHB
    • L’intimidation et le dénigrement de l’expert
    • L’intimidation et le dénigrement de l’avocat
    • Les étranges affinités du REVAHB pour les adversaires naturels de ses adhérents
  6. Conclusion : merci REVAHB


"Ice bucket challenge" : l’art de noyer le poison…

Pesticides, herbicides, vaccins...
lundi 20 juillet 2015 par Marc Girard

RÉSUMÉ - La presse internationale célèbre ces jours-ci le premier anniversaire de l’Ice bucket challenge, initiative qui, dans l’ordre de la débilité, laisse loin derrière elle le Téléthon et "Octobre rose" qu’on avait pourtant fini par croire invincibles. Il s’agit, rappelons-le, de se renverser un seau d’eau froide sur la tête "au profit" de la recherche sur la maladie de Charcot (ou sclérose latérale amyotrophique). Ainsi bruyamment relayées par les médias, les principales célébrités de l’époque s’appliquent de la sorte à détourner l’attention de pistes étiologiques très sérieuses, mais politiquement explosives, concernant cette terrible maladie : les pesticides/herbicides d’une part, certaines vaccinations d’autre part.



Risques des vaccins anti-HPV : une réévaluation par l’Agence européenne – et un quizz pour « blaireau de base »

mardi 14 juillet 2015 par Marc Girard

RÉSUMÉ - On examine la prétendue réévaluation des vaccins anti-HPV par l’agence européenne (EMA) telle que médiatisée par la presse depuis le 13/07/15, en réponse à une alerte danoise. On recentre le débat sur quatre questions essentielles : 1/ quel est le nombre des complications visées par cette réévaluation ? 2/ quel est le seuil de fréquence qui permet de conclure à une alerte significative ? 3) quel est le lien de causalité ? 4) quelles sont les mesures envisagées ? On montre que les autorités sanitaires n’ont strictement aucune réponse à ces questions pourtant essentielles et que la médiatisation de l’alerte vise, précisément, à détourner l’attention du public des vrais problèmes posés par cette vaccination scandaleuse entre toutes. On en profite pour proposer aux profanes une méthodologie de détection et de réfutation à l’endroit de l’incompétence expertale qui prévaut désormais au plus haut niveau de l’évaluation pharmaceutique.



Actualité médico-légale : diphtérie, vaccins, Dépakine…

Cymes, Bapt, actions de groupe...
samedi 11 juillet 2015 par Marc Girard

RÉSUMÉ - On part d’un récent tweet de Michel Cymes (29/06/15) imputant aux anti-vaccinalistes un décès par diphtérie et on montre qu’il a tout faux. On passe ensuite à ceux, Bapt en tête, qui - au contraire de Cymes - aiment à se faire passer pour des "lanceurs d’alerte", et on s’interroge donc sur le dernier scandale à la mode, celui de l’anti-épileptique Dépakine : on montre qu’ils ont tout faux eux aussi, tout en rappelant que ce n’est pas la première fois... Pour conclure, on continue de s’interroger sur l’étrange paradoxe d’un système qui se conforte tout autant de ses partisans que de ses détracteurs...



Contribuer...

jeudi 25 juin 2015 par Marc Girard

Bien qu’écrivant assez vite et me consacrant à des sujets que je crois bien connaître, je passe généralement plusieurs dizaines d’heures sur chacun de mes articles, parfois bien davantage.

Chez un travailleur "indépendant" [5] (c’est-à-dire ne recevant aucun salaire fixe ou régulier), un tel investissement de temps et d’énergie se fait forcément au détriment de tâches plus rémunératrices.

En conséquence, les lecteurs estimant que l’existence de mon site contribue au Bien Public sont informés que je recevrai avec gratitude tout soutien financier, fût-il modeste. La chose peut se faire soit directement à mon adresse postale, soit encore plus simplement via mon compte Paypal (adresse e-mail : agosgirard@free.fr).



Scientigourdes contre pétitionnaire péteux

Vaccination des bébés contre l’hépatite B
mercredi 24 juin 2015 par Marc Girard

RÉSUMÉ – Par sa consternante indigence, la récente pétition du Professeur Joyeux a fatalement stimulé la condescendance indignée des partisans de la politique vaccinale officielle. Dans le présent article, on se consacrera principalement au site Rougeole Épidémiologie dont la « scientificité » a été célébrée avec délectation par la presse à la botte : en reprenant point par point l’un de ses articles (consacré à la vaccination des bébés contre l’hépatite B), selon la technique banale du « commentaire de texte », on va en démontrer l’abyssale nullité médicale tout autant que scientifique (pour ne point parler de la lisibilité…). Outre donner l’occasion d’un nouveau point sur l’inconcevable scandale de la vaccination des bébés contre l’hépatite B, l’intérêt d’une telle confrontation, c’est qu’elle permet de comparer les positions internes à la communauté médicale (abstraction faite des ligues ou associations anti-vaccinales) [7] et de montrer qu’elles sont aussi nulles les unes que les autres. Le présent article s’achève sur un questionnement brûlant concernant la fiabilité des professionnels (médecins, pharmaciens, infirmières, sages-femmes…) dans des problématiques de santé publique pourtant majeures (notamment en termes de coût et de santé publique).



Transparence et liens d’intérêts

Un Face à face sur Public Sénat (19/10/09) à la lumière de l’actualité (26/03/10)
jeudi 18 juin 2015 par Marc Girard

Le 19/10/09, vers 22h00, nous nous étions retrouvés sur la chaîne Public Sénat pour discuter du lancement de la campagne de vaccination antigrippale.

On y avait reparlé conflits d’intérêts - avec un bel "arrêt sur images" : cf. dans Vaccination antigrippale : les perles de la campagne..., la brève en date du 19/10/09...

L’enregistrement de l’émission est disponible sur le site de la chaîne, au lien suivant (à partir de 8’20) : http://www.publicsenat.fr/cms/video...


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 135256

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License

18 visiteurs en ce moment