Site Web du Dr Marc GIRARD
Accueil du site > Documents en français > Lectures pour tous > Médicalisation > Propagande et contre-propagande > Vaccins

Vaccins

Articles de cette rubrique


Écologie pour les nuls : suite et pas fin (Vaccins)

jeudi 8 août 2019 par Marc Girard

RÉSUMÉ - Sur la base d’un mémoire qu’ils avaient sollicité, on revient sur cette Directive européenne qui a ouvert la voie au forcing vaccinal, par rapport à laquelle les Verts ont fait la démonstration de leur nullité et de leur pusillanimité. On montre, preuves en mains, qu’à aucun moment, les représentants d’EELV n’ont fait l’effort de comprendre la nature et la gravité de cette Directive scélérate, et on s’interroge sur le mécanisme qui les conduit à se présenter comme des opposants alors qu’ils déclarent hautement en approuver les conséquences les plus contestables, dont l’élargissement des obligations vaccinales. Ce paradoxe conduit à s’interroger sur l’organisation mentale de leur opposition au système.

TABLE DES MATIÈRES

  • Introduction
  • La mise à mort du développement pharmaceutique
  • L’incurie d’EELV
    • Incompétence des politiques
    • L’enseignement de l’ignorance
  • Conclusion


Les perles du dixième anniversaire (Vaccins)

dimanche 21 juillet 2019 par Marc Girard
Des remarques qui me remontent, je reconstitue que la règle du jeu de ces nouvelles Perles n’a peut-être pas été bien expliquée. Il faut comprendre, en effet, qu’elles sont régulièrement remises à jour en fonction de l’actualité : en témoigne, par exemple, la série consacrée à l’incendie de Notre-Dame, (...)


Écologie pour les nuls : on peut compter sur EELV… (Vaccins)

mardi 16 juillet 2019 par Marc Girard

Trois post-scriptum ont été ajoutés à cet article initialement mis en ligne le 08/07/19 : l’un le 09/07/19 (consacré au réchauffement climatique), l’autre le 16/07/19 (consacré à un récent article de Rivasi sur l’homéopathie), le troisième le 22/07/19 (consacré à ma supposée dévotion aux évaluations de l’administration sanitaire).

RÉSUMÉ – On part des déclarations récentes de deux leaders d’EELV (Jadot et Rivasi) proclamant leur dévotion aux vaccinations considérées comme un tout. On relève notamment une rhétorique sectaire qui cherche à en imposer pour de la science et, sur la base de quelques exemples, on montre les contradictions et la sélectivité du discours résultant. Après avoir rappelé la lamentable retraite des Verts devant la directive scélérate du 22/09/2010, modifiant la 2001/83/CE à la demande des lobbies pharmaceutiques pour anéantir tout espoir de pharmacovigilance, on revient sur l’histoire du mouvement écologiste : on montre qu’il n’a jamais été en mesure de poser clairement les termes du débat entre une perspective dynamique « de gauche » et un point de vue « de droite » nettement conservateur – avec pour résultante (exemples à l’appui) quelque chose qui tient plus de la chronique clochemerlesque que d’une réflexion tant soit peu politique.

Table des matières

  • Introduction
  • Dixit Jadot
  • Dixit Rivasi
    • La forme
    • Le fond
    • La sélectivité
  • EELV à l’épreuve du réel
  • Retour sur la naissance de l’écologie à la française
  • Le parti de l’invisibilisation
  • Conclusion


L’élargissement des obligations vaccinales devant le Conseil d’État (Vaccins)

jeudi 11 avril 2019 par Marc Girard

RÉSUMÉ - Le Monde de ce jour (11/04/19) [14] rapporte l’audience qui s’est déroulée devant le Conseil d’État après jonction de deux plaintes, l’une de la Ligue nationale pour la liberté des vaccinations (LNPLV) , l’autre de l’Institut pour la protection de la santé naturelle (IPSN, dont le comité « scientifique » est présidé par quelqu’un d’aussi crédible qu’H. Joyeux) concernant les risques de l’aluminium. Le quotidien du soir, possédé par des gens politiquement aussi crédibles que X. Niel, se réjouit que les arguments des deux plaignants aient été « balayés » par le Conseil d’État. La présente note vise à développer une argumentation sérieuse qui, au contraire de celle des plaignants, était de nature à contrarier la frénésie balayeuse du Conseil d’État.

Table des matières

  1. Argumentation de la HAS : analyse
    • Remarques liminaires
    • L’autorité de l’OMS
    • Les arguments de l’OMS
    • Les arguments des autorités françaises
  2. Les mobiles d’un argumentaire fallacieux
  3. Conclusions récapitulatives


Marc Girard interviewé par François Ruffin (Vaccins)

dimanche 24 mars 2019 par Marc Girard

Mettre en lumière les occultations involontaires de cette interview ancienne permet de reposer la question du totalitarisme quand il se camoufle derrière le prétexte de la « santé ». On aimerait que ceux qui se présentent comme les acteurs d’une rupture politique radicale aient un minimum de conscientisation sur la véritable nature de « la bête immonde » et sur ses modes opératoires [16].



Quand la médecine « scientifique », « bienveillante »-et-tout fait les ménages pour Big Pharma. (Vaccins)

lundi 4 février 2019 par Marc Girard

RÉSUMÉ - On revient sur mes récents échanges avec l’AIMSIB (Association Internationale pour une Médecine Scientifique, Indépendante et Bienveillante), tout spécialement ceux qui concernent l’intérêt du dépistage du cancer du col.



Actualité des sites de merde : VACCINCLIC (Vaccins)

mercredi 26 décembre 2018 par Marc Girard

RÉSUMÉ - Le présent article fait suite à la question d’une collègue concernant la crédibilité du site VACCINCLIC, lequel se propose de donner « une réponse scientifique aux idées reçues du patient sur la vaccination » : mon projet est de montrer par l’exemple qu’il n’est pas nécessaire de se laisser noyer dans des débats interminables pour formellement réfuter les fake news distillées par les fabricants et leurs larbins (autorités politiques et sanitaires, responsables plus ou moins bornés de sites militants…). En se limitant aux dix premières lignes du premier écran, on montre que les responsables du site n’ont aucune connaissance ni de la réglementation en vigueur, ni des données technico-scientifiques pertinentes, ni des problèmes pourtant graves posés par le passage de traitements curatifs à des traitements préventifs. On conclut sur la nécessité de ne pas épuiser ses forces à réfuter tous les blaireaux qui crient sur la Toile.

Tables des matières

  1. Introduction : « une réponse scientifique aux idées reçues »
  2. Droit à l’erreur et faute de rigueur
  3. Conclusion : économiser ses forces


Quand la médecine se la joue « scientifique » et « bienveillante » (Vaccins)

mardi 20 novembre 2018 par Marc Girard

Le 20/11/18, un PS a été ajouté à cet article, initialement posté le 09/10/18.

RÉSUMÉ – On revient sur l’éviction de Gøtzsche de la fondation Cochrane, en contestant que les causes du scandale soient imputables à la façon dont l’industrie pharmaceutique aurait égaré les médecins de la Science. On soutient notamment que l’esprit médical s’est toujours tenu très éloigné du raisonnement scientifique et l’on prend comme exemple de cette indigence scientifique un texte récemment diffusé par l’Association Internationale pour une Médecine Scientifique, Indépendante et Bienveillante (AIMSIB). On tient pour lié à cette indigence scientifique un manque d’éthique qui rend compte, pour une bonne part, d’une incapacité à défendre la santé des gens, rendue manifeste par l’impuissance des professionnels de santé à lutter contre l’élargissement des obligations vaccinales, pourtant aussi injustifiable scientifiquement que moralement. La problématique des vaccins anti-HPV actualise la difficulté des médecins à maîtriser leur inconscient dès qu’ils sont confrontés aux femmes : on rappelle que cette difficulté renvoie justement à la morale, et qu’elle ne date pas d’hier…

TABLE DES MATIERES

  1. Introduction - Du rififi chez Cochrane
  2. Narcisse a rendez-vous avec Diafoirus
  3. L’esprit médical
    • Manque de scientificité
    • Manque d’éthique
  4. Conclusion : Romains ou Molière ?
  5. Post-scriptum - Quand le "haine" succède à la "malveillance"


Élargissement des obligations vaccinales : quels inconvénients, en fait ? (Vaccins)

samedi 10 novembre 2018 par Marc Girard

En date du 15/02/18, j’ai ajouté un post-scriptum à cet article initialement mis en ligne le 16/07/17 - c’est-à-dire presque immédiatement après les décisions annoncées par Madame Buzyn. Un deuxième post-scriptum a été ajouté à la veille du 11 novembre 2018.

RÉSUMÉ - Abstraction faite des anti-vaccinalistes qu’il est décidément difficile de prendre au sérieux, l’essentiel des critiques visant l’actuelle volonté gouvernementale d’élargir les obligations vaccinales consiste à déplorer la chute de « la couverture vaccinale » qui risque de se produire par effet de répulsion : c’est, en d’autres termes, faire le jeu d’une propagande qui pose comme évident que la multiplication des vaccinations à laquelle on a assisté au cours de ces dernières décennies serait bénéfique à la santé publique. En s’abstrayant de cet implicite triomphaliste (dont on attend toujours la moindre démonstration), le présent article s’interroge donc sur les inconvénients additionnels d’une obligation dans le contexte d’une promotion vaccinale déjà préjudiciable à la santé publique, qu’on n’a cessé de dénoncer comme mode opératoire préférentiel de la criminalité médico-pharmaceutique actuelle. Après avoir caractérisé ces inconvénients additionnels comme idéologiques, légaux, psychologiques, iatrogènes, économiques, politiques enfin, on conclut que le projet d’élargissement des obligations est clairement une provocation-test dont la portée dépasse très largement la question des vaccins et qui, à ce titre, devrait appeler une forte mobilisation citoyenne.

Table des matières

  1. Introduction : un argumentaire actuellement introuvable
  2. Inconvénients idéologiques : une propagande grimée en contestation
  3. Inconvénients légaux : extension du domaine de l’arbitraire
  4. Inconvénients psychologiques : la soumission au lieu de la résistance
  5. Inconvénients iatrogènes : la santé publique en danger
    • Un concept génial en théorie, mais archaïque en pratique
    • Le bénéfice adaptatif des infections
    • La mosaïque de l’auto-immunité
  6. Inconvénients économiques : les pauvres rançonnés par les riches
  7. Inconvénients politiques : la force publique asservie
    • Des précédents éloquents
    • Une implacable obstination prédatrice
    • Des perspectives toujours plus alarmantes
    • L’hommage public des vassaux à leurs maîtres
    • La portée politique du débat
  8. Conclusion : répondre à la provocation


De la bienveillance en recherche clinique (Vaccins)

lundi 29 octobre 2018 par Marc Girard

Un de mes lecteurs parmi les plus fidèles me recommande de remettre dans le courant de l’actualité (29/10/18) cet article du 21/12/17 qu’il juge regrettablement inaperçu. J’accède d’autant plus volontiers à sa demande que, dans l’entre temps, j’ai mis en ligne une série intitulée « Quand les victimes racontent leur expertise ». Tel n’était pas mon objectif quand je me suis attelé à la publication de ce travail laissé sous le boisseau durant plus de dix ans mais, au vu des réactions qu’il suscite, il me semble que devraient rougir de honte ceux (tout particulièrement les responsables de l’AIMSIB, et certains de leurs sympathisants) qui, pour le plaisir d’un jeu de mots même pas bon ou la jouissance d’un dénigrement bête, n’ont pas craint de s’attaquer à moi sans la moindre pudeur. Je note en passant que par contraste avec leur dramatisation ridicule des taquineries anodines que leur réserve parfois l’Ordre des médecins, les sévices dont j’ai fait l’objet – parfaitement quantifiables –, sont monstrueux en termes de coût direct et indirect, et qu’ils ont impliqué les plus éminentes autorités judiciaires de notre pays : cette situation facile à documenter n’en rend que plus odieuse l’obstination durable de l’AIMSIB – inexplicable au regard des objectifs que cette association prétend défendre – à apporter sa modeste contribution à ce harcèlement sans précédent [18].

"Dépolitisation", on disait…

RÉSUMÉ – On revient sur la critique acerbe d’un des auteurs dont j’ai analysé l’article paru dans la revue Nexus, et on la démolit point par point, preuves en main ; on réfute également comme trop facile la critique que je mettrais tout le monde "dans un même sac". On s’interroge ensuite sur la variabilité de la notion de "bienveillance" telle que promue par l’Association Internationale pour une Médecine Scientifique, Indépendante et Bienveillante (AIMSIB) à laquelle appartiennent tous les auteurs de l’article publié dans Nexus. Sur la base d’exemples précis, on montre ensuite que cette "bienveillance" est surtout un indicateur d’irréflexion, puisqu’elle fonctionne objectivement comme outil de censure et d’occultation des principaux problèmes posés par la criminalité médico-pharmaceutique : on en tire que la pseudo-bienveillance promue par l’AIMSIB fonctionne surtout comme un lâche prétexte pour masquer les vrais conflits et se débiner devant la violence croissante de toute cette mafia.

Table des matières

  1. Introduction
  2. La réaction d’un auteur de Nexus
  3. Un sac à entrées multiples
  4. Une « bienveillance » à géométrie variable
  5. La « bienveillance » comme indicateur d’irréflexion
  6. La « bienveillance » comme outil de censure
  7. La « bienveillance », bourreau des extrémistes
  8. La « bienveillance » comme lâcheté
  9. Conclusion


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 1014804

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Documents en français  Suivre la vie du site Lectures pour tous  Suivre la vie du site Médicalisation  Suivre la vie du site Propagande et contre-propagande  Suivre la vie du site Vaccins   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License

135 visiteurs en ce moment